Dès 12 ans

Une fable aquatique, qui se passe au bord et au fond d’une piscine, dans une scénographie complètement métaphorique et onirique, où le plongeoir revêt une place centrale, et tiendra lieu d’agrès de cirque. Au sein de cette création, Sarah Devaux désire explorer un rapport à quelque chose de profondément enfoui qui aurait à voir avec le temps, et à une certaine mélancolie, qui nécessite un aller vers, aller vers l’inédit, l’inespéré. Reconquérir un désir, une audace et un abandon de soi qui nécessite de fait un risque… L’instant du plongeon.

Inspirée par l’essai « Éloge du risque » d’Anne Dufourmantelle, elle vise un spectacle qui soit un genre d’essai, un postulat philosophique qui puisse avoir sa place dans une pièce physique, vivante, théâtrale… Un essai physique et scénographique où toute tentative, quel que soit le moyen, est une tentative de réponse. Tentative de réponse à ces questions posées au bord du vide, au bord de la piscine, en suspens.

L’univers de l’eau avec ses figures mythologiques, ses symboles et le sentiment océanique qu’elle suscite font partie intégrante de l’univers du projet, car enfin, le plongeon lui doit tout.

En savoir +

« À quoi nous risquons nous lorsque nous suspendons une décision […] ? Faisons-nous le pari qu’autre chose surviendra […] ? » - Anne Dufourmantelle

Une fille marche au bord. Ça tremble, ça se meut étrangement, mais la fille marche, elle avance, elle monte les quelques marches et s’avance encore et encore. Tout au bout, tout au bord.

Quelqu’un est allongé·e dans une chaise longue. Cette personne porte des lunettes de soleil - c’est la nuit - ainsi qu’un micro dans sa main gauche. Elle est entourée de vieux vinyles, d’un tourne-disque et d’un tas de feuilles noircies à la va-vite… On ne sait pas s’il s’agit du·de·la DJ de la soirée mousse qui a mal tournée, ou d’un studio radio qu’on aurait transplanté là.

Quelques mots : « Se retourner est un vrai risque… C’est la folie de croire, contre tout dogme, qu’en « arrière » de soi, il y a une réserve de liberté à nulle autre pareil. » - « Éloge du risque » - Anne Dufourmantelle

La fille, celle qui marche, est arrivée au bord du vide, son corps est en suspens. Il ne fallait pas

Revue de Presse

Distribution

Écriture & jeu : Sarah Devaux
Regard extérieur : Mélissa Von Vépy
Construction : Niel Price
Scénographie : Laeticia Douanne
Création lumière : Thibault Condy
Production & administration : Myriam Chekhemani & Cécile Imbernon / La chouette diffusion

Soutiens

Accueil en résidence & soutien : La Fabrique de théâtre