LE PRIX JO DEKMINE

Eli Mathieu-Bustos sera présent sur le festival du 8 au 12 juillet.

Retrouvez toute son actualité sur son compte Instagram @eli_mtbs

Jo Dekmine a dirigé le Théâtre 140 à Bruxelles pendant plus de 50 ans. Il était un programmateur audacieux, un découvreur de talents. Le Conseil d’administration du Théâtre des Doms a voulu célébrer sa personnalité hors du commun en créant un prix qui distingue un·e artiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles et qui donne de la visibilité à ses propositions artistiques émergentes et innovantes.
Le Prix Jo Dekmine consiste en une semaine de découverte du Festival d’Avignon. L’occasion est ainsi donnée de découvrir des univers artistiques et des personnalités de la diffusion des arts de la scène et de mettre un pied dans la curiosité et la mobilité.

 

Le lauréat 2024 : Eli Mathieu-Busto

“J’ai 6 ans et j’assiste à un battle de freestyle. Subjugué. C’est la première fois que je vois un humain émettre comme ça. Ses signaux de communication circulent audacieusement sans aucune entrave, m’ouvrant la porte d’un monde où le corps se suffit à lui-même pour dire. Je rencontre alors le grand amour de ma vie, celui dont l’authenticité n’a d’égale que son éphémérité: la danse d’improvisation. Totalement épris, à l’aide d’académies extrascolaires et de Youtube, je découvre et m’essaye à tous les styles qui croisent ma route : libre, nô, break, kathak, dancehall, new-style, expressionnisme allemand, hip-hop, rock acrobatique, « Bollywood », krump, kamou, ballet, house, butō, popping, floorwork, locking, mohiniyattam, commerciales, contemporain, danses de salons…

En 2020, je créer une technique inclusive de danse d’improvisation qui ne hiérarchise aucun style, aucun rythme, aucune qualité de mouvement, aucune référence, aucun type de corps. Seule compte la justesse de l’émotion que ce dernier transmet au public. Cette technique s’appelle De Caelo.”
Eli Mathieu-Bustos

Son dernier projet : Have a Safe Travel

8 août
Eli subit son premier contrôle au faciès.
Plongés dans la mémoire de cet événement aussi banal que violent, nous découvrons quelles sont les premières procédures d’un système oppressif.
Dans ce premier solo, le chorégraphe a su transformer la violence systémique qu’il a subi en un matériau performatif fort et singulier développé à l’aide de la technique De Caelo. Cette dernière, conceptualisée par l’artiste lui-même, consiste à laisser une place importante à l’intelligence émotionnelle, au savoir situé et à l’improvisation. Mais aussi à convoquer les outils de l’astrologie, les cartes du ciel et à percevoir la manière dont les étoiles peuvent nous renseigner sur nos corps.

 

En savoir +

Revue de Presse

Distribution

Soutiens