THÉÂTRE

aux Doms

6 > 26/07

Relâches: 11 & 18

19h30

Durée: 1h10

 

J’abandonne une partie

de moi que j’adapte

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Au départ, il y a le film: Chronique d’un été, exploration documentaire de la notion de bonheur, de Jean Rouch et Edgar Morin. Ensuite, du cinéma-vérité des années 60, nous glissons vers une théâtralité joyeusement contemporaine. Réappropriation poétique et politique opérée avec talent par une jeune équipe d’artistes trentenaires. Qu'en est-il de la question du bonheur aujourd'hui ? s'interrogent-ils, vifs et dansants, avant de nous tendre un miroir intemporel.

————

Profondément marqués par Chronique d’un été, Justine Lequette et ses comédiens en reprennent les questions-clés, adressées à des passants, étudiants, ouvriers, employés, immigrés, dont l’entretien se prolongeait parfois dans un cadre plus intime.

Ces questions, qui portent sur le bonheur, la vie, le travail, les utopies etc., ils se les posent aujourd’hui dans une société qui, cinquante-sept ans plus tard, est à la fois restée la même et a beaucoup changé. Mettant les deux époques en perspective, ils insistent, en se nourrissant aussi de séquences documentaires de Pierre Carles, d’extraits de pièces d’Alexandra Badea ainsi que d’écritures de plateau, sur la question du sens que nous donnons à nos vies, dans une esthétique inspirée du réel mais qui toujours développe un point de vue et une dimension ludique.

« C’est fin, rythmé, très inventif. Jouissif. Comme l’écrit leur compatriote Henri Michaux : Parfois, tout d’un coup, sans cause visible, s’étend sur moi un grand frisson de bonheur. »

Jean-Pierre Thibaudat – Médiapart

————

Un projet initié et mis en scène par: Justine Lequette

Écriture collective

Avec: Rémi Faure, Benjamin Lichou, Jules Puibaraud, Léa Romagny

Assistant à la mise en scène: Ferdinand Despy

Création lumière: Guillaume Fromentin

 

Production Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

Coproduction Group Nabla.

Projet issu d'un Solo Carte Blanche de l’ESACT.

Avec le soutien de l’ESACT, La Chaufferie-Acte1, Festival de Liège, Eubelius.

Remerciements particuliers à Nathanaël Harcq, Annah Schaeffer,
Astrid Akay et Jo De Leuw.

 

Le spectacle inclut des extraits de:

la pièce Je te regarde d’Alexandra Badea, représentée et publiée dans son intégralité par L’Arche Editeur.

Textes des films Attention Danger Travail et Volem Rien Foutre al pais réalisés par Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe et produits par C-P Productions.

Textes et images du film documentaire Chronique d’un été, réalisé par Jean Rouch et Edgar Morin et produit par Argos films.

————

« Justine Lequette aidée par ses « acteurs-créateurs » replonge le spectateur dans la France des années 1960 et propose une transposition contemporaine du sujet, suggérant la comparaison. La restitution de l’atmosphère du film est bluffante, le jeu des comédiens est exceptionnel et le tout forme un spectacle fort, particulier, esthétique, cohérent et moderne. Une perle théâtrale! »

Catherine Sokolowski – demandezleprogramme.be

 

Extraits d’un entretien de Gilles Béchet (Bruzz) avec Justine Lequette :

 

Le bonheur qui est au cœur du film et du spectacle, est-il intemporel ou à chaque fois le produit de son époque ?

LEQUETTE : Le bonheur est à la fois une question qui traverse toutes les époques de l’humanité et une question qui mérite d’être posée à chaque époque pour mieux l’appréhender avec un regard critique.

 

L’écriture collective que vous avez mise en place est-elle aussi liée à une certaine idée du bonheur dans le travail ?

LEQUETTE : On a essayé d’appuyer ce parallèle-là dans sa dynamique dramaturgique. Dans ce spectacle, on ne défend pas l’idée qu’il ne faut pas travailler mais au contraire, on est dans la défense d’un travail épanouissant. C’est pour ça qu’on a voulu que la forme raconte aussi quelque chose de notre épanouissement au travail. Cette dimension collective a été très importante pour nous dans la création. Et elle a aussi participé à l’envie d’insuffler tout au long du spectacle un petit peu d’humour pour ne pas verser dans la nostalgie. Nous ne proposons pas un état du monde définitivement fermé contre lequel on ne peut rien faire. Nous cherchons au contraire à y opposer une perspective ou un possible en devenir. 

 

Un mot sur l’esthétique du spectacle, quelles ont été vos priorités ?

LEQUETTE : On a beaucoup travaillé à rendre les choses mouvantes dans le glissement des situations, ce qui fait que le décor est presque complètement sur roulettes. L’idée, c’était aussi de permettre aux acteurs de passer d’une scène à une autre de manière très fluide. Tout ça, j’ai l’impression, fait partie de l’esthétique globale du spectacle où les acteurs s’amusent à rejouer des scènes. Ils font eux-mêmes un trajet qu’ils ont besoin d’emprunter pour arriver à la dernière scène qui est cet endroit à partir duquel ils ne savent pas où ils vont aller. Mais en eux, ils ont un grand désir de changement. 

Contact

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Charlotte Jacques

+32 (0)499 29 63 59

cjacques@theatrenational.be 

Juliette Thieme

+32 (0)486 53 17 31

jthieme@theatrenational.be

www.theatrenational.be

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon

Pôle Sud de la création en Belgique Francophone — Avignon

Théâtre des Doms - 1bis rue des Escaliers Sainte-Anne F-84000 Avignon France / +33 (0)4 90 14 07 99 / info[at]lesdoms.eu :: Photos, illustrations, logos & textes © Tous droits réservés / Graphic web: Racasse-Studio