L'avenir dure longtemps

©Margot Briand.jpg

au festival 2017

Louis Althusser & Michel Bernard

10 h 30
6 > 26 juillet
relâches les 12 et 19

Théâtre
Durée : 1h15

bulle.png

Présentation du spectacle

Cinq ans auparavant, il tue sa femme. Dans cette autobiographie, un des plus grands esprits de son temps, Louis Althusser, interprété par Angelo Bison, tente, mais en vain, de comprendre avec une honnêteté effarante un geste à jamais incompréhensible. Une performance à la frontière entre folie et hyper-conscience. À la place fragile où, en réalité, sont tous les Hommes. Ce spectacle a reçu le Prix de la critique du meilleur seul en scène 2016.

instagram_2x.png
twitter_2x.png
 

Distribution

Soutiens

D’après L’Avenir dure longtemps de Louis Althusser
Adaptation & mise en scène : Michel Bernard
Avec : Angelo Bison
Scénographie : Thomas Delord
Création Lumière & Vidéo : Marie Kasemierczak
Musique : Christian Coppin (The Social Sanity)
Assistant mise en scène : François Saussus
Construction : Benoît Francart
Régie : Lily Danhaive

Producteur délégué : Le Poème 2
Coproduction : Unités/nomade et Le Poème 2
Avec le soutien de la COCOF

M2_.png

Revue de presse

Revue de presse

« Une prestation magnifique d’Angelo Bison qui incarne comme s’il les avait vécus au plus profond de son être les tourments de son personnage. Angelo Bison est un acteur hypnotique, expressif, touchant et inquiétant à la fois. On ne quitte plus son regard, on boit ses paroles et on retient son souffle. On comprend pourquoi ce seul en scène a été primé en 2016 et c’est une chance de pouvoir le revoir.»

(...) Impossible de ne pas être troublé par cette performance follement habitée. Dès qu’Angelo Bison entre sur scène, qu’il se pose sur son tabouret et pose sur nous ses yeux insensés, bordés d’une inquiétante lueur, nous sommes happés par son récit. Sans ciller, le comédien commence par une description précise, presque clinique, du cou d’Hélène, son épouse, qu’il est en train d’étrangler. Il détaille pour nous ce meurtre tel qu’il l’a vécu, avant son internement à Sainte-Anne, pour confusion mentale et délire onirique.»
Catherine Makereel, Le Soir, 17 janvier 2017.

En savoir plus

Contact