Théâtre d’objet opératique, « Frankenstein » propose un kaléidoscope alliant texte, chants, musique, création sonore et corps, qui ne peut qu’inviter à s’interroger sur ce que sont – ou devraient être ? – les limites humaines, en termes de justesse, de justice, de responsabilité et d’engagement.