Cowboy (titre provisoire)

19 h

Dès 15 ans

Dans un huis clos à ciel ouvert, cinq cowboys traversent des questions existentielles.

Cinq cowboys sont dans un désert chargé, comme on entrerait dans une forêt pleine d’yeux braqués sur soi, comme si la guerre grondait tout autour, sourde et répandue sur le monde telle une gigantesque nappe de pétrole.
Ces cowboys, héros boiteux, luttent avec l’asphyxie ambiante, la chaleur, l’attente, les moralisateurs.
Il faut avoir une personnalité extraordinaire pour se comporter comme si on ne vivait pas en enfer ; et convoquer des moments de dialogue avec les forces du beau, du vrai et de la cruauté.
À la manière de Don quichotte en errance, ces cowboys taillent un costume à la réalité ! Ils pourfendent des ennemis et des morales pas tout à fait imaginaires, avec une force d’âme burlesque, réglant leurs conflits internes, externes, avec le monde.

En savoir +

Où en êtes-vous de votre parcours artistique ?
J'ai longtemps expérimenté le travail en collectif, l'écriture collective, la création à l'horizontale ; ainsi que le squat, nous permettant de nous approprier des outils de création autonomes et libres. Aujourd'hui, je mets en place des projets qui mettent à l'honneur mes pleines intuitions.
Redonner vie à ces cowboys, les mettre en scène, était la chose à faire depuis longtemps. Le moment est enfin venu ! Une étape de Cowboy sera jouée au Festival Factory (Liège), en février 2019. Et je travaille également à l'écriture d'un duo en scène, qui verra bientôt le jour.

Résider aux Doms, pour trouver quoi ?
Nous cherchons des lieux qui offrent des conditions favorables de travail, conditions qui se font parfois rares. Je me suis tournée vers les Doms dans le but de poursuivre l'écriture de Cowboy et de lui envisager un avenir. Aussi, il est pour moi absolument nécessaire que les étapes de création se confrontent au public. Les spectateurs permettent à la forme, aux personnages, aux récits, de s'affiner ; aux intuitions et rythmes de se préciser ou se rassurer ; et à la joie de trouver un paroxysme possible. Je crois que les Doms permettent de loin, tout cela !

L’art au quotidien, c’est comment ?
L'art est la passion qui ronge et qui nourrit. Il s'agit de slalomer entre les obstacles du prosaïsme. L'art est la problématique et la solution, le virus et l'antidote. Je ne connais pas la sérénité, les temps sont durs, une certaine précarité se fait anodine, les coups de blues sonnant le glas de l'humanité et de l'art. Mais : retourner au travail, se rappeler le pouvoir intuitif qui nous constitue fait resurgir les nécessités ! L'art ne doit pas être triste. Mon quotidien non plus. Il me faut donc travailler l'art au quotidien.

Distribution

Mise en scène : Delphine De Baere
Écriture collective et jeu : Delphine De Baere | Bastien Montes | Boris Prager | Damien Trapletti | Marthe Wetzel
Création lumière : Vincent Griffaut

Production